Postcards of contemporary artists
cARTed Network
The cARTed Picture Show
Sculpture Amicale - Friendly Sculpture
La Maison de cARTed

Quelques Textes de Pascal Pithois

Lettre à tous les français

S'il convenait hier d'être vigilant pour garder toute lucidité face aux tentatives démocratiques d'asphyxie de l'esprit libre et de la pensée poétique : campagnes d'assimilation des domaines de la recherche fondamentale où s'exercent les intelligences les plus pointues et des domaines du divertissement et du marketing où se prélassent des foules d'esprits langoureux et soumis, campagnes de vidangeage aseptique par l'économie, la politique et le discours, de toutes les formes connues de l'expression poétique jusqu'à gommer aux yeux du plus grand nombre leurs pouvoirs, naturels et surnaturels affranchis des valeurs de cette société, campagnes d'énucléation, campagnes de nivellement, campagnes d'invasion, campagnes d'occupation des dernières aires de liberté par une armée d'usurpateurs sans esprit, de clones parfaitement assujettis ; il convient aujourd'hui de prendre les armes, de se réunir partout stratégiquement en groupes terroristes et pirates pour harceler sans cesse cet ordre rampant, ce totalitarisme larvé dont les manifestations s'amplifient de jour en jour. Car désormais la démagogie a pris le pas sur la démocratie. Quand les démocrates en France parlent de démocratie directe et de l'instauration de référendums d'initiative populaire alors qu'un parti fasciste reconnu et respecté vient de conquérir en peu de temps un potentiel de trente pour cent des électeurs français, moi je cours chez l'armurier, je décroche mon bazooka de la cheminée, je m'équipe en fusils lance-grenades et pistolets mitrailleurs et j'encourage à faire de même tous ceux qui ont pu conserver un peu de lucidité. Il convient donc de s'organiser de façon urgente en commandos efficaces et déterminés. C'est dans cet esprit que DETECTRON change aujourd'hui de structure. DETECTRON était depuis un an une entreprise de vigilance explorant de nouveaux types de rapports à la création ; elle devient une association de combat regroupant des énergies particulières, insoumises et rebelles autour de moyens logistiques illusoires pour des actions non-conformes et anti-prestigieuses, pour la diffusion la plus large d'une propagande dérisoire, médiatique et militante en vue d'une manipulation éhontée du Système décadent et de l'Histoire obsolète. DETECTRON met son âme au service de la clarification des attitudes face aux pollutions du Fog Culturel International. Nous avons décidé d'agir selon des critères de priorités et d'urgences afin de faire valoir nos parti-pris essentiels dans la continuité de nos pratiques personnelles, de notre engagement solitaire, et de désigner quelques grands dangers que présentent pour l'intelligence et la vie :

• un certain mixage pluri-culturel qui prend la forme d'un multisectarisme et non d'un multisyncrétisme, au sens éthnologique ;
• le décervelage de l'art au profit des réflexes de l'esthétique, du savoir-faire et du commerce ; par une vulgarisation grossière, un recrutement effréné de "jeunes talents" propres à former sur la base de principes des plus réactionnaires le vulgum pecus de l'art (de vulgus "foule" et pecus "troupeau") ;
• la pédagogie malsaine de trop d'aigris arrogants dont les ambitions s'amenuisent avec le temps ;
• la manipulation politique, insidieuse, méthodique, intensive, des pratiques et des évènements culturels ;
• la manipulation politique du langage et des images vers une banalisation confuse des concepts et l'encencement de notions aussi indécentes et pernicieuses que le prestige national, régional ou même strictement local ;
• l'abandon quasi-général des âmes de la poésie aux tentations de l'égoïsme, de l'orgueil et de la complaisance ;
• la renonciation progressive au renoncement et à l'engagement ;
• la léthargie, la léthargie, la léthargie et pire encore : la soumission aux manoeuvres démagogiques des pouvoirs économiques et de leurs valets politiques qui entendent renforcer leur contrôle des prospections intellectuelles en gouvernant les manifestations de la pensée poétique après s'être déjà rendus maîtres des domaines de la science et de la technologie.

Voici en exemple quelques jalons sur la voie de la clarification. Et suivant ces repères, il apparaît comme une urgence première de participer au minage du microcosme culturel repu de principes, de certitudes et de vérités inertes. Artistes, critiques, marchands, fonctionnaires ; le milieu de l'art est un conglomérat de sous-ensembles sectaires, un ramassis de petites structures hiérarchiques, manipulables à souhaits, auxquelles se cramponnent des myriades d'individus mutilés, desquelles, trop rarement, parvient à s'échapper un ange. Ces enchevêtrements fangeux d'ordres partisans, forment un labyrinthe qui fourmille d'hommes-troncs rongés jusqu'au bassin par un cannibalisme féroce. De tous les milieux sociaux, ils s'amoncellent par dizaines chaque jour. Mi-charognards et mi-charognes, tous ces gastropodes de l'art, culbutos inamovibles aux anus dilatés, révèlent en diarrhées glaireuses la couleur profonde de leur être. C'est dans cette mare infectée que sont pratiqués, aujourd'hui encore, la culture de l'institution et le culte du progrès, par une armée de succédanés d'intellectuels qui éructent, le nez dans leur fiente, toujours les mêmes principes, toujours le même ordre esthétique, se communiquant leurs petites pensées liquides tels des vasques en circuit fermé. Il n'est rien de plus ridicule que d'entendre ces mouches agonisantes se bombinner dans le cul et se gloser d'elles-mêmes, répendant leurs mortelles moisissures sur les murs de leurs chapelles. Il n'est rien de plus dangereux que ces individus cultivés et polis qui nourrissent de leur putréfaction les artistes de demain, les oisillons piailleurs et contaminés qui espèrent tirer profit de leurs précoces giclées séminales, agglutinés au tout-à-l'égout de la conformité. C'est déconcertant à quel point les jeunes artistes manifestent le désir d'être jugés, corrigés et ensuite reconnus avec toujours, au fin fond de leur être, une petite âme puérile prête à s'émouvoir au moindre compliment, pour la moindre gloriole. Et si l'art avait à voir avec les plaisirs féconds de la découverte et de l'invention, que seraient tous ces gens sans esprit, sans finesse, sans caractère qui revendiquent infatués la grandeur de leur art en rampant dans les dédales d'un ordre social qui les méprise ? L'ordre démocratique trouve un grand intérêt à promouvoir cette mascarade culturelle. L'ordre démocratique aime la confusion conformisante. L'ordre démocratique convie toutes les petites révoltes individuelles à venir se diluer dans la fosse commune de l'art contemporain. Mais il n'y a rien qui ait la moindre vigueur ; aucune trace de la moindre énergie ! Il ne reste que les rognures obscènes d'une pensée prolétaro-petite-bourgeoise pour les soutenir dans leur naufrage. Ils sont tous là, petits ouvriers de la culture, petits professionnels du pinceau, du burin, de la plume, du tutu et de la baguette ; et les responsables aussi, les directeurs, les délégués, les conseillers, les attachés ; tous englués dans leur bourbier poisseux. Avec leur séduction vulgaire, ce sont les derniers pantins de notre petite civilisation qui traînent derrière eux leur glaire cervicale. L'artiste est surtout bavard et quand vous l'écoutez, enflé à l'ombre de son génie, il pousse de sa gorge un petit hoquet d'extase, un petit gloussement béat. L'artiste est terriblement seul avec son oeuvre. Aujourd'hui ce sont des centaines et des centaines d'artistes qui répendent en miaulements insoutenables leur esprit putassier et stupide. DETECTRON méprise votre commerce trivial dans les latrines de la société, pourvu que le bruit de vos vanités, comme des bottes de vos maîtres, n'empêche pas les âmes radieuses des anges de poursuivre, sereines, le survol sublime du cloaque où vous croupissez et qui bientôt vous engloutira !

DETECTRON tentera de sauver de l'art contemporain quelques manifestations d'âmes libres. Dans le respect total de chacune, DETECTRON Novae renaîtra au firmament des folies furieuses, agitées et chroniques, avec une liberté aussi vive dans la possession du pouvoir de réaliser ce que nous voulons, que dans l'expression de notre volonté de faire ce que nous pouvons.

Pascal Pithois 1988


 

menu contextuel

e.cri(t)s

• 1996 :
Réalités virtuelles et variations supersoniques au soupirail de l'harmonie
• 1989 :
blabla barbar
• 1988 :
Lettre à tous les français
• 1987 :
Vous avez dit abstrait ?

Autres Approches :
Presentation
The Network
Biography
Top cARTed

cARTed Cooperation :
Voyage de Taches
Homer's Odyssey

Participer à cARTed
inter-4
inter-5

HOME

La Maison de cARTed réu­nit des pa­ges de pré­sen­ta­tion, d'in­fos, d'ac­tua­li­té sur le tra­vail de cAR­Ted, mais aussi des pa­ges per­son­nel­les, des tex­tes, des ga­le­ries d'ima­ges, des ca­hiers à thè­mes et des pro­jets en col­la­bo­ra­tion avec d'au­tres ar­tis­tes.

chaîne cARTed